mercredi 21 février 2018

Concert chez Cioran (Interludes pour insomniaques)

Concert chez Cioran, rue de l'Odéon, en janvier 1990
Marin Sorescu, Emil Cioran, Florica Ciodaru-Courriol, Tudor Gheorghe
Photo par Alexandre Vajaianu ©

click to enlarge
Marin Sorescu et Emil Cioran
Photo par Alexandre Vajaianu ©

click to enlarge

Ces deux photos aussi rares qu'épatantes ont été trouvées ici










"Hors la matière, tout est musique : Dieu même n'est qu'une hallucination sonore."

"Point de musique véritable qui ne nous fasse palper le temps."

"La musique, système d'adieux, évoque une physique dont le point de départ ne serait pas les atomes, mais les larmes." 


"Que sont toutes les mélodies auprès de celle qu'étouffe en nous la double impossibilité de vivre et de mourir !"



Cioran, Syllogismes de l'amertume


"À quoi la musique fait appel en nous, il est difficile de le savoir; ce qui est certain, c'est qu'elle touche une zone si profonde que la folie elle-même n'y saurait pénétrer." 


Cioran, De l'inconvénient d'être né  

vendredi 16 février 2018

Qui ne cite pas Cioran désormais ?







"Un auteur trop souvent cité, on finit par ne plus avoir envie de le lire. Son nom est profané à force de circuler. 
On préfère lire quelqu'un de moins connu et même de moindre talent, ne serait-ce que parce qu'il n'appartient pas à tous."


Cioran, Cahiers

mercredi 14 février 2018

Ask the dust !


« Un jour, dans ma jeunesse, j’avais demandé à la fille avec laquelle je sortais ce qu’elle aimait le plus faire. Je pensais qu’elle allait me répondre, faire l’amour avec toi, mais elle me répondit sans hésitation qu’elle adorait faire le ménage… J’y ai pensé aujourd’hui, plus de trente ans après, en me réveillant – sans étonnement, cette fois, devant l’insolite de sa réponse, mais frappé d’une autre stupeur : « Et je ne l’ai pas épousée ? » »

journal 
Éditions Allia
Traduit du tchèque 
par 
Marianne Canavaggio 
et 


lundi 12 février 2018

"Une poule mouillée ne peut pas écrire un livre…"



"Celui qui écrit doit en fait avoir des prétentions, sans quoi il ne pourrait pas le faire. Une poule mouillée ou quelqu'un qui a des scrupules ne peut pas écrire un livre, sinon un livre misérable. "
Thomas Bernhard
Entretiens avec 
Krista Fleishmann
© L'Arche éditeur

"Est ennuyeux quiconque ne condescend pas à faire impression. Le vaniteux est presque toujours irritant mais il se dépense, il fait un effort : c'est un raseur qui ne voudrait pas l'être, et on lui en est reconnaissant : on finit par le supporter, et même par le rechercher. En revanche, on est pâle de rage devant quelqu'un qui d'aucune façon ne vise l'effet. Que lui dire et qu'en attendre ? Il faut garder quelques traces du singe, ou alors rester chez soi. "

CioranDe l'inconvénient d'être né 

vendredi 9 février 2018

Ma main quelque part et mon pied "où je pense"


Thomas Bernhard solarisé par La Main de Singe

"Et je pense maintenant que les êtres qui ont vraiment été importants dans notre vie peuvent se compter sur les doigts d'une seule main, et, bien souvent, cette main se révolte contre la perversité que nous mettons à vouloir consacrer toute une main à compter ces êtres, là où, si nous sommes sincères, nous nous en tirerions probablement sans un seul doigt. "
Thomas Bernhard, Le neveu de Wittgenstein

trad. Jean-Claude Hémery





En 2007, en boxant le punching-ball où je bourre toute ma paperasse sans la relire depuis quarante ans, je me suis bousillé les doigts de la main gauche. Les voir pendouiller comme le moineau de Cosmos et ne plus répondre aux ordres de ma volonté m'a instruit quant à la fumisterie du fameux libre-arbitre et de la fameuse volonté vantée par les charlatans de la sculpture de soi. 
En courant pour la première fois de ma vie aux Urgences, j'ai également été illico instruit quant à la compétence des médecins et à l'illusion des secours que l'on peut attendre des autres : ces sauveurs diplômés costumés de blouses blanches comme un couple de bouchers-charcutiers, lui parfait sosie de l'abominable Denis Podalydes, elle parfait sosie de la Angot, mais caffie de piercing, exigèrent en premier lieu que je prouve ma prétention à faire marcher la CMU, puis que je me foute à poil pour faire une radio de ma pauvre main démantibulée. 

Devant mon refus de ce strip-tease, ils piquèrent la mouche et voulurent, puisqu'ils me tenaient enfin et que, d'après ma Carte Vitale et mon dossier CMU, j'y avais échappé jusque-là, me contraindre à ce contrôle technique que les immondes gouvernants socialistes ont rendu obligatoire à mon âge : le toucher rectal annuel. J'émis un nouveau refus catégorique, et de ma main valide je repoussai leurs assauts avec une ardeur augmentée par l'irritation de ne pas pouvoir fumer sur le billard et d'avoir été délesté du Extinction de Thomas Bernhard que j'avais emporté pour patienter en salle d'attente. La bonne femme prit une baffe tandis que son gros fessier évita de justesse mon coup de soulier "où je pense", et son collègue feinta mon coup de boule mais pas mon coup de genoux dans les organes uro-génitaux. 


Tandis que le boucher-charcutier Podalydes allait chercher un vigile ou une camisole de force, la bouchère-charcutière Angot, furibarde, entreprit alors, sans pratiquer aucune anesthésie et avec une brutalité éloquente, de me poser des attelles, tout en déblatérant des couplets moraux et me soupçonnant d'avoir été puni pour avoir levé la main sur une femme. 


Comme je lui demandais dans combien de temps j'allais pouvoir retaper à la machine et rejouer de la guitare, puisque ce sont à peu près, à part des cigarettes et du café, les seules choses un peu concrètes que je fais dans ma vie, elle répondit que c'était si peu demain la veille que je pouvais faire une croix dessus définitivement et que ce serait un bienfait pour la littérature et la musique. Puis, ricanante, elle me congédia tout en m'expliquant que je faisais partie des statistiques en rouge de la population à risques et que je l'avais bien cherché et que si la Sécu était en déficit c'était à cause de négligents dans mon genre, et autres couplets moraux. Alors elle dressa en guise de salut le majeur qu'elle n'avait pas pu me fourrer quelque part.

Quelques semaines plus tard, après m'avoir fait poireauter quatre heures dans l'antichambre de son cabinet, le patron du Service Orthopédie, parfait sosie de l'effarant André Dussolier m'engueula d'entrée : comment avais-je pu me laisser poser des attelles à l'envers ? D'après lui, c'était bien fait pour moi. Je n'avais qu'à être attentif. Je renonçai à lui expliquer la vengeance de la bouchère-charcutière. Libérés de leur piège mes doigts ankylosés pendouillèrent comme avant. "Va falloir tout recasser !" dit-il avec gourmandise. "Au marteau ?" ai-je demandé. "En chirurgie ça porte un autre nom mais on peut dire cela comme ça." 


C'est alors que j'aperçus, sur une étagère de son cabinet, le bon vieux volume Extinction de Thomas Bernhard dont j'avais été délesté quelques mois plus tôt par ses collègues subalternes des Urgences. Et tandis que le chef du service Orthopédie me refixait une attelle à l'endroit cette fois-ci, je regardais le bouquin jusqu'à l'hypnose, histoire de penser à autre chose et de trouver le moyen de le récupérer.

Quand il eut fini, je n'ai pas pris de gants finalement pour le lui réclamer en expliquant que j'en étais le propriétaire et que j'en avais été délesté par le sosie du Podalydes et la sosie de la Angot. À ma grande surprise, l'effarant Dussolier se précipita vers le rayon, attrapa Extinction et le fourra dans ma musette béante sur le bureau en me disant : "C'est donc à vous cette saloperie, cela fait des mois qu'il traine ici. " Le volume était effectivement dans un état lamentable qui témoignait de mes nombreuses relectures. Mes traces de doigts sur le beurre frais de la couverture portèrent ma mélancolie au climax. Désormais pour tourner les pages d'une seule main, ce serait chaque fois une délicate manœuvre.

Comme c'était fini, je n'ai pas demandé mon reste et j'ai fui à grandes jambes vers ma tanière. La nuit était déjà tombée aussi sûrement qu'aussitôt arrivé, soulagé de sortir de ce cauchemar, j'allais tomber de sommeil tout habillé sur mon Bultex. 

Je n'ai réalisé qu'au réveil que quelque chose n'allait pas : le compétent patron du service Orthopédie avait en effet posé l'attelle certes à l'endroit mais sur ma main droite, la seule valide !, et c'est sans pouvoir faire un brin de toilette et me peigner harmonieusement, ni rouler une clope, ni percoler un café, ni donner un tour de clé que j'ai dû reprendre le chemin de l'enfer. Où je tombai cette fois-ci sur le sosie du François Cluzet et la sosie de la Virginie Despentes.

L. Watt-Owen


mercredi 7 février 2018

mardi 6 février 2018

"Tels sont notre existence, notre cauchemar…"

Thomas Bernhard capturé par La Main de singe 









"Notre vie durant, nous remettons à plus tard les grandes questions jusqu'à ce qu'elles soient devenues une montagne de questions et nous assombrissent. Mais alors il est trop tard. Nous devrions avoir le courage (envers ceux que nous devons interroger comme envers nous-mêmes) de les tourmenter sans ménagements, inexorablement, de questions, nous devrions ne pas les épargner, ne pas  les tromper en les épargnant. Nous regrettons tout ce que nous n'avons pas demandé quand celui qu'il faut interroger n'a plus d'oreille pour ces questions, quand il est déjà mort. Cependant, eussions-nous posé toutes les questions, aurions-nous une seule réponse ? Nous n'acceptons pas la réponse, nous n'acceptons aucune réponse, nous ne le pouvons pas, nous n'en avons pas le droit, telle est notre disposition affective et intellectuelle, tel est notre ridicule système, tels sont notre existence, notre cauchemar."

Thomas Bernhard, Le Froid

lundi 5 février 2018

"La quantité de livres qui ne me disent rien…"


"Je suis renversé par la quantité de livres qui ne me disent rien, qui ne me regardent pas, et auxquels il m'est impossible de reconnaître une valeur objective. Je sais qu'ils n'auraient pas dû être écrits."

Cioran, Cahiers

Dessin de Gary Larson ©

" Il neige. Toute mon enfance afflue à la surface de ma conscience.
Hier, au marché, j'ai entendu ce dialogue : 
— Il fait froid. 
— Cela ne fait rien. Pourvu qu'il ne neige pas.
Décidément, je ne suis pas d'ici."

Cioran, Cahiers

dimanche 4 février 2018

"Je suis fait pour la réclusion monastique"


Paul Rockett : Glenn Gould’s Hands, 1956







(On peut sauter directement à 0.45mn pour voir 
le phénomène faire son numéro, avec la voix de Donald !)



Video : Glenn Gould compositeur :
String Quartet Op.1 / Alcan Quartet


"Je suis fait pour la réclusion monastique."

***
"Je ne connais pas la proportion exacte mais j'ai toujours pensé que pour chaque heure passée en compagnie d'êtres humains, il fallait X heures passées tout seul. Ce qu'est X, je n'en sais rien, peut-être quelque chose comme deux heures et sept huitièmes ou sept heures et deux huitièmes mais en tout cas c'est beaucoup beaucoup de temps."
***
"Il me semblait que tout le monde partageait ma passion pour les ciels nuageux. Quel choc quand j'ai compris que certaines personnes préféraient le soleil !"
***
"Un jour j'écrirai ma biographie, qui sera certainement fictive."
***
"Le rapport entre artiste et auditeur devrait être, selon moi, un rapport de un à zéro." 
***
"Je n’aime pas des mots tels "artiste" et "public" et leurs implications hiérarchiques." 
***
"L’artiste devrait pouvoir jouir de l’anonymat, ignorant de la soi-disant demande du marché. Il ferait contact à un niveau bien plus significatif."
Glenn Gould

Bonus ici

"(…) Au fond, nous voulons être piano, dit-il, non pas homme mais piano, nous fuyons l'homme que nous sommes pour devenir entièrement piano, et pourtant cela échoue nécessairement, et pourtant nous ne voulons pas y croire, c'est lui qui parle. L'interprète au piano (il ne disait jamais pianiste !) est celui qui veut être piano, et je me dis d'ailleurs chaque jour, au réveil, que je veux être le Steinway, non point l'homme qui joue sur le Steinway, c'est le Steinway lui-même que je veux être. Parfois nous sommes proches de cet idéal, dit-il, très proches, spécialement quand nous croyons que nous sommes d'ores et déjà fous, quasiment sur le chemin de cette démence que nous craignions plus que tout au monde. (…)"
Thomas Bernhard, Le Naufragé







jeudi 1 février 2018

"Rien de plus méprisable…"

L'avenant Arno Schmidt saisi sur le vif par sa femme Alice
© Arno Schmidt Stiftung, Bargfeld


"Rien de plus méprisable que des journalistes qui aiment leur métier (à part les avocats bien-sûr !)"
Arno Schmidt
Miroirs noirs
traduction
Claude Riehl

mercredi 31 janvier 2018

"Leur énergie me dépasse…"

© Bill Domonkos

"Ce que je comprends de moins en moins, ce sont les natures fortes, généreuses, fécondes, en perpétuelle émanation, toujours contentes de produire, de se manifester, d'être. Leur énergie me dépasse, mais je ne la leur envie pas. Elles ne savent pas ce qu'elles font…"

Cioran, Cahiers
Dessin de Gary Larson ©
BONUS : du Gary Larson à foison !!!!!

mardi 30 janvier 2018

"La grande fatigue de l'existence humaine…"


"La grande fatigue de l'existence humaine n'est peut-être en somme que cet énorme mal qu'on se donne pour demeurer vingt ans, quarante ans, davantage, raisonnable, pour ne pas être simplement, profondément soi-même, c'est-à-dire immonde, atroce, absurde. Cauchemar d'avoir à présenter toujours comme un petit idéal universel, surhomme du matin au soir, le sous-homme claudicant qu'on nous a donné. "
Louis-Ferdinand Céline
Voyage au bout de la nuit

lundi 29 janvier 2018

Comme un gant


« Dans ma jeunesse, on avait l’habitude de se faire faire des gants sur mesure. Se faire tenir la main par le gantier était une sensation très particulière. En lisant le plus récent livre de Bove, j’ai eu le souvenir de cette sensation, jusqu’au sentiment physique des doigts exposés aux calculs du gantier. » 
Rainer Maria Rilke

novembre 1925
Lettre 
à Maurice Betz 
après sa lecture de 
Visite d’un soir


dimanche 28 janvier 2018

"Tous nous relevons la tête…"



"Maintes fois, tous nous relevons la tête en croyant qu'il nous faut dire la vérité ou la vérité apparente et nous la rentrons dans les épaules. C'est tout."
Thomas Bernhard, La Cave







vendredi 26 janvier 2018

Éloge du délit de sale gueule


Je pratique sans vergogne le délit de sale gueule : tous ceux qui la ramènent dans le poste, sur la toile, sur la moindre tribune, tous ceux qui veulent se vendre, me convaincre, me bourrer le mou, me pédagogiser, qui me font du chantage moral, me prennent pour plus con qu'eux qui ont tout compris, tous ces agents moraux, ces spécialistes, ces infatués auteurs, ces pipoles, ces baratineurs intarissables, ces faux cul, ces lèche-cul, ces groins sonores, journalistes, écrivains, philosophes, chroniqueurs, acteurs, politiques, animateurs de talk-show, etc…, tous ceux qui me prennent de haut ou, encore pire !, pour leur semblable ! etc… ces tronches de cake (comme on disait dans mon vieux temps) portent leur saloperie, leur connerie, leur abjection, leur ignominie, leur stupidité, leur vanité, leur infatuation, leur orgueil, leur trouille, leur manque de génie, leur inculture crasse, leur manque de goût, leur misérable sexualité, leur perversité, leur prétention inouie sur le visage. Ils la ramènent sur tous les sujets, ont toujours quelque chose à dire, toujours quelque chose à nous fourguer la main sur le cœur, leurs ignobles bouquins, idées, spectacles, programmes, leçons de vie, promesses, recettes, solutions, et autres refrains à la con à vendre etc… 



Ils se répandent partout. Ils sont devenus inévitables depuis qu'ils portent, en plus, plusieurs casquettes. Ce cuistot étoilé écrit des essais sur l'oppression cybernétique et milite pour les toilettes sèches, ce romancier effarant est aussi critique, éditeur, membre de jury et a des idées en matière de géopolitique, de réchauffement climatique et de sport, il va bientôt sortir un disque, cette starlette se pique de coaching, de mécanique et de taoïsme, cet universitaire incontinent est aussi un marathonien de l'extrême, ce repenti d'une secte est un fondu de cuisine moléculaire et spécialiste des films de François Truffaut, ce rappeur analphabète est devenu un grand acteur et publie son autobiographie où il cite Schopenhauer, ce ministre des finances videur de nos bourses publie un roman où il nous raconte comment il se masturbe dans sa baignoire en lisant Thomas Bernhard en boche, cet ancien hurleur punk se produit désormais avec les Enfoirés pour les Restos du cœur, cette ex-politicienne s'est reconvertie dans la pédagogie sexuelle et se dévoue dans l'humanitaire, cet auteur de best-sellers est devenu réalisateur et se réclame d'Orson Welles et Tarkowski, cette putain d'actrice balance son porc, cet humoriste sinistre est féru de Michel Onfray, ce présentateur de JT fait son outing dans un magazine gay en exhibant ses tatouages et ses cicatrices et déclare sa double passion pour Cioran et une série télé gore et se dévoue dans le privé pour les enfants atteints de maladies rares en faisant des selfies dans les hopitaux, cet ancien mannequin anorexique écrit des livres contre le tabac, le cannabis et la betterave rouge, cette merdeuse de Télé Réalité connue pour les ravages de son vagin accueillant dans le monde politique fait des publicités pour les déplacements durables en trottinette électrique et lance une pétition contre Donald Trump,  etc… 
Je refuse de les lire, de les écouter, je ne peux absolument pas les voir et leurs immondes petites affaires ne me regardent pas. Je n'ai rien à voir avec eux et ne veux absolument pas marcher dans leur combine. Je m'abstiens sanitairement de leur prêter la moindre attention. Je les ai d'avance en aversion radicale. Il me suffit pour qu'ils me répugnent, d'avoir croisé une seconde dans un kiosque, une librairie, sur la toile ou à la télé leur gueule impayable de tarés absolus et d'ordures abjectes, leur suffisance satisfaite de connards et connasses, qui croient que je vais leur faire crédit. 
Leur gueule, que dis-je ! : leur sale gueule. Leur grande gueule. Leur sale grande gueule. Leur tête de con. Leur grosse tête, flatulente et puante, d'enflures. Leur trogne effarante et éloquente à elle seule de ce qu'ils sont. Qui ne me revient décidément pas, et ne me reviendra jamais. 
En pratiquant sans vergogne le délit de sale gueule, je m'épargne ainsi de lire, écouter, regarder, fréquenter tout ce beau monde. Je les devine au premier coup d'oeil : ils incarnent leur propre caricature.

L. W.-O.

samedi 1 juillet 2017

Grand Concours International de "Doubles de Clément Rosset" : 1000 champions ex-aequo !







Parrainé par La Main de Singe, le premier Grand Concours International de Doubles de Clément Rosset (édition 2017) s'est déroulé cette semaine au Néo-Mexique. Le philosophe participait paraît-il lui-même, incognito, à cette compétition et comme à son ordinaire se montra d'une telle discrétion et d'une telle modestie qu'il ne se distingua jamais du lot ni ne se fit remarquer plus qu'un autre. Nul ne peut affirmer qu'il était présent, mais nul ne peut non plus affirmer le contraire. 

Rappelons qu'il ne s'agissait pas d'un simple championnat de vulgaires sosies. Les candidats devaient certes non seulement ressembler un minimum à Clément Rosset, mais, d'autre part, connaître un maximum ses ouvrages et sa philosophie, à savoir aussi bien sinon mieux que lui, au point qu'on pourrait croire qu'ils en sont l'auteur lui-même. Le critère majeur était que l'on puisse être vraiment pris pour Clément Rosset, tout en ne se prenant pas soi-même pour Clément Rosset. Rude challenge, qui excluait tous les farceurs, tous les imitateurs, tous les dingues, tous les sosies, dont certains peuvent certes ressembler à Clément Rosset plus que le philosophe lui-même, mais ouvrent-ils la bouche de leur tête si troublante qu'on peut voir illico qu'elle n'est pas équipée d'un cerveau adéquat.

Ce Concours se déroulait à guichets fermés, dans les salons du Mateo, le plus luxueux hôtel du Néo-Mexique. Il a attiré, du monde entier,  un millier de compétiteurs répondant à tous les critères énumérés plus haut. Ce nombre faramineux a donné lieu à un fort comique imbroglio qui restera dans les mémoires et même dans la légende locale. Le Néo-Mexique se souviendra longtemps de ce jour incroyable : enfin il se passait quelque chose au Néo-Mexique, et quelque chose de pas commun, un phénomène unique au monde.

En effet, la quasi totalité des indigènes néo-mexicains se sont précipités aux Urgences Psychiatriques, tous terrifiés d'avoir vu le philosophe français tant de fois de suite et aux quatre coins de la ville à la fois que, de deux choses l'une, soit celui-ci était vraiment doué du fantastique don d'ubiquité, soit ils étaient devenus dingos. Le Concours étant privé et n'ayant pas connu de publicité, on ignorait sa tenue.

D'ordinaire, quand Clément Rosset passe ses vacances, comme depuis des dizaines d'années, au Néo-Mexique, il est d'une telle discrétion, reclus dans sa petite maison de la montagne, que nul, alors, ne peut assurer qu'il soit bien présent sur l'ile. 

Cette soudaine pullulation d'apparitions du philosophe a de fait donné la berlue aux locaux. Non seulement tout le monde affirmait l'avoir aperçu, mais chacun certifiait même l'avoir croisé plusieurs fois de suite : ils le croyaient derrière eux et voilà qu'il était maintenant à nouveau devant eux, et un plus loin ils retombaient encore sur lui, etc… On le remarquait en terrasse sirotant du vin frais et voilà qu'il était au même moment sur le trottoir d'en face en train d'essayer un tuba, un masque et des palmes au grand Bazar. Un taxiteur qui le transportait faillit avoir un accident quand un autre taxi transportant lui aussi le philosophe le doubla, lequel, effaré à son tour, croisa d'autre taxis transportant tous le même client que lui et tous ces professionnels pourtant doués d'une vue parfaite n'en crurent pas leurs yeux. Chacun de ces malicieux passagers, interrogés par les taxiteurs, confirma qu'il était bien, lui, le seul et unique Clément Rosset en personne.

Tandis que le Concours battait son plein, tous les indigènes faisaient, eux, la queue devant les Urgences, où aucun psy n'était en mesure de les recevoir. Et pour cause ! : ces professionnels de la dinguerie avaient eux-mêmes croisé cent fois de suite Clément Rosset et doutaient désormais sérieusement de leur propre santé mentale. Ils faisaient donc discrètement la queue avec ceux qui venaient les consulter.

Le règlement de ce concours original stipulant que seuls gagneront les perdants puisqu'un aficionado convaincu de Clément Rosset ne saurait se revendiquer le double parfait du philosophe bien qu'il lui ressemble jusqu'à la confusion, tous les candidats ont été recâlés et de fait sacrés champions ex-aequo et se sont congratulés joyeusement comme un seul homme avant de trinquer en l'honneur du natif de Carteret. 

Chacun s'est vu remettre comme médaille un authentique camembert normand très coulant, de marque La Force Majeure, et a eu bien du mal à le porter autour du cou sans saloper sa chemise, mais tous ces champions étant de joyeux tempérament, aucun d'entre eux n'en a fait un fromage. On s'abreuva énormément, on mangea tout aussi démesurément et on dansa la jota jusqu'à la transe dans les rues.

J'en profite pour annoncer le lancement de deux autres compétitions internationales parrainées par La Main de singe : le Concours International d'Imitateurs de Thomas Bernhard (qui se déroulera l'an prochain à Gmunden), et le Concours International de Réincarnation de Samuel Beckett (qui se tiendra à Ussy, avec comme bonus un cruel Stock-Car de 2CV). On peut d'ores et déjà s'inscrire à nos bureaux.
L. W.-O.